Article | Future Cities

Les Régions sous les feux des projecteurs 

novembre 8, 2021

module-image-article-rgion

La crise sanitaire que nous traversons a eu de nombreux impacts sur l’immobilier tertiaire. Celle-ci a notamment joué un rôle d’accélérateur sur des tendances de marché qui étaient encore naissantes pré-Covid. CBRE publie une nouvelle étude intitulée « Les Régions, vers un équilibre du territoire » qui réaffirme cette dynamique et démontre une nouvelle attractivité des territoires. 


Des réactions de marché différentes selon les classes d’actifs et selon les villes 

Il est évident que les marchés de Régions, comme le marché d’Ile de France, ont été négativement impactés par les conséquences économiques de la crise sanitaire que nous traversons. Ces effets sont néanmoins variés selon les géographies et les typologies d’actifs. Avec l’accélération du e-commerce qui s'est imposée, le marché des locaux logistiques connait un véritable essor. Sur la même période 2019-2020, la demande placée sur les marchés de bureaux en Régions a chuté de -36% alors qu’il a dévissé de -45% en Ile de France. Au sein de notre Market View du T4 2020, nous avons également pu constater des impacts variés selon les différents marchés. A titre d’exemple, la demande placée sur les marchés de bureaux de Lyon et Toulouse s’est contractée d’environ 50% alors qu’elle a augmenté de +29% à Grenoble et de +18% à Strasbourg. 

Ce coup de frein des marchés Régionaux trouve sa source dans des éléments plus conjoncturels que structurels :  

  • La stupéfaction de l’ensemble des acteurs économiques décidant de faire une pause dans leurs projets immobiliers (effet “wait and see”),
  • La mise en place du télétravail en marche forcée (quel sera son impact sur le long terme ?),
  • La priorisation des enjeux nécessaires à la survie des entreprises (recentrage sur le « core business »), 
  • L’accélération indispensable de la digitalisation et de la dématérialisation de notre économie (quel rôle les lieux physiques joueront-ils post-Covid ?), 
  • La mise en place en urgence des mesures sanitaires nécessaires à un fonctionnement minimal des entreprises (agilité forcée), 
  • L’identification des opportunités offertes par cette crise sanitaire (émergence de nouvelles activités et lignes de métiers),


Face à tous ces challenges, il est évident qu’en 2020, les entreprises avaient bien d’autres priorités que de mettre en place de nouveaux projets immobiliers. En effet, qu’il n’en déplaise à tous les professionnels et passionnés d’immobilier dont nous faisons partie, rappelons que l’immobilier n’est qu’un « moyen » pour la grande majorité 
des entreprises. 

Néanmoins, ayant la chance d’avoir accès à l’antichambre de nos marchés et malgré ces éléments exogènes, nous sommes convaincus de leur solidité dans la durée ! Ces derniers montrent d’ailleurs aujourd’hui des premiers signes de reprise mais surtout des évolutions structurelles excitantes.

Pour preuve, les chiffres du T3 2021 affichent une demande placée nationale en hausse sur la majorité du territoire pour atteindre un volume placé global de 1 000 000 m² 





4T-2020-demande-place-nationale

  

L’immobilier propulsé au niveau stratégique

Tout d’abord, le constat le plus marquant en Régions réside en la croissance majeure de nos activités de Conseil en stratégie immobilière et Conseil en organisation de la fonction immobilière (croissance projetée de +48% en 12 mois). Comme mentionné précédemment, la pandémie que nous connaissons a servi d’accélérateur sur de nombreux aspects. Dans la mesure où un grand nombre de mètres carrés ont été désertés (télétravail), cette crise a notamment rappelé aux dirigeant la charge financière que représente l’immobilier dans le P&L de leurs entreprises.

Ainsi, cette crise a accéléré une tendance de fond qui vise à élever la fonction immobilière au niveau stratégique au sein de grandes entreprises (CODIR / COMEX). Forts de nos expériences passées, outre les « quick wins » qui ont été lancés dès 2021, nous avons la certitude que cette prise de conscience et élévation au rang « stratégique » engendrera la mise en œuvre de grands plans de réorganisations immobilières au cours des 5 prochaines années. Le coup d’envoi sera donné entre fin 2021 et début 2022. En retrait par rapport au marché parisien depuis plusieurs années, les Régions seront les premières bénéficiaires de ces grands mouvements immobiliers.

Le Télétravail, une aubaine pour les Régions 

La mise en place du télétravail forcé permettra la mise en œuvre d’un nouveau paradigme qui bénéficiera aux Régions. En effet, celui-ci a permis aux entreprises de réaliser que de nombreuses missions (principalement associées aux fonctions supports) peuvent être réalisées à distance. Ainsi, associant ce nouveau paradigme avec la tendance sociale de fond, issue des générations X, Y et Z visant à mieux rééquilibrer vie personnelle et vie professionnelle, la nécessité de maintenir certaines fonctions en Ile de France (IDF) est remise en cause. L’un des freins à la délocalisation en Régions de certaines fonctions était historiquement lié au manque de main d’œuvre qualifiée en Régions versus la main d’œuvre disponible en IDF.

A l’heure où de nombreux collaborateurs présents en IDF souhaitent s’installer en Régions, plus rien ne s’opposera désormais au transfert massif des talents ! Dans une France jacobine où le centre névralgique restera vraisemblablement parisien, nous accompagnons actuellement de nombreuses entreprises dans leurs réflexions de décentralisation de certaines fonctions. Ce transfert de centaines de collaborateurs en Régions, permettra aux entreprises concernées d’offrir à coût équivalent ou réduit l’équilibre recherché par un nombre important de leurs collaborateurs. A salaire égal, quel collaborateur parisien n’accepterait pas de doubler (voire tripler) la surface habitable de sa résidence principale tout en réduisant par deux son temps de transport ? 

Alors que les réflexions autour de ces grands transferts n’étaient qu’au stade du balbutiement en 2019, ils se sont accélérés en 2020 et se concrétiseront en 2022. Ils permettront aux entreprises de réduire leurs coûts immobiliers tout en offrant à leurs collaborateurs de meilleures conditions de vie. Nous sommes désormais impatients de connaître le nom de la première grande entreprise qui annoncera publiquement la mise en œuvre des plans de transferts travaillés depuis plusieurs mois. 

A suivre… ! 

Olivier Da Silva Directeur Régions CBRE Advisory

Retail Talk 

Inscrivez- vous à notre Newsletter pour recevoir les dernières actualités, tendances