2 avril 2020

La propagation de l’épidémie du Covid-19 a plongé la France et le monde entier dans une crise sanitaire et économique sans précédent. Les perspectives économiques en France se sont nettement dégradées au fil des semaines et l’issue de cette crise reste encore incertaine. Néanmoins, les efforts marqués et rapides du gouvernement français et la Banque Centrale Européenne, qui ont annoncé des plans de sauvetage sans précédent, nous amène à rester positif quant à un scénario de progressive reprise en période post-confinement.

Dégradation marquée des perspectives de croissance


En réponse à la propagation de l’épidémie du Covid-19, le Président de la République, Emmanuel Macron, a mis en place à partir du 17 mars 2020 le confinement total de la population. Cette crise, au départ sanitaire, a de fortes répercussions au niveau économique. Lors des premières semaines de confinement, les perspectives de croissance ont été revues à la baisse par le gouvernement passant de +1,3% initialement à -1% sur l’année 2020 (avec une hypothèse d’un mois de confinement). L’activité économique s’est, néanmoins, dégradée bien plus vite que prévue.
D’après la dernière publication de l’INSEE, près de 35% de perte d’activité a été enregistrée par rapport à une semaine normale avec des impacts très hétérogènes selon les secteurs d’activité. Certains secteurs sont particulièrement touchés (transports, l’hôtellerie, la restauration, les loisirs mais aussi le secteur de la construction et l’industrie). S’il est aujourd’hui trop tôt pour fournir des prévisions de croissance en France, lesquelles dépendront de l’ampleur et de la durée de la crise sanitaire, il est certain que la France entrera en récession sur l’année 2020.

Des dispositifs forts pour contrer la crise


Néanmoins, le plan de sauvetage mis en place par le gouvernement français et les récentes annonces de la Banque Centrale Européenne constitueront des leviers importants pour limiter les effets de la crise et accélérer la reprise post-confinement.

Le plan de sauvetage d’un montant total de 45 Md€ (destiné au report/annulation de taxes, chômage partiel, soutien aux très petites entreprises et indépendants) auquel s’ajoute une ligne de 300 Md€ (de garanties d’Etat et éventuelles recapitalisations ou interventions au capital de grands groupes) a récemment été voté par le Parlement. En protégeant en partie l’emploi et la santé financière des ménages et des entreprises, ces dispositifs devraient permettre de renforcer la reprise progressive de l’économie sur la fin d’année 2020 et sur 2021, même si l’avenir reste encore aujourd’hui incertain.

 

Au-delà des perspectives économiques à venir, cette crise sanitaire et économique révèle les fragilités d’une mondialisation des chaînes de production et d’approvisionnement. Les réflexions, déjà en cours, sur notre modèle social et la question de la réindustrialisation de l’économie s’amplifieront vraisemblablement durant la période post-confinement.


bandeau

 

 

Moins de transactions, plus de conseil

Moins de transactions, plus de conseil

Les enseignes font face à de profonds changements
“On voit bien que le marché n'est plus sensible aux valeurs d’actifs nets publiées”

“On voit bien que le marché n'est plus sensible aux valeurs d’actifs nets publiées”

Interview de Charles Saiag (CS4 Consulting)
Quatre raisons de croire au rebond du commerce

Quatre raisons de croire au rebond du commerce

Point de vue de Jérôme Le Grelle, juillet 2020
Loyers commerciaux et valeurs locatives : le moment de vérité

Loyers commerciaux et valeurs locatives : le moment de vérité

Point de vue de Jérôme Le Grelle, juin 2020
Face à la crise, reconstruire... vite et bien

Face à la crise, reconstruire... vite et bien

L'édito de Jérôme Le Grelle, mai 2020
Le maire, l'écologie, le commerce et les électeurs

Le maire, l'écologie, le commerce et les électeurs

L'édito de Jérôme Le Grelle, février 2020