7 février 2022

CBRE,  leader mondial du conseil en immobilier d'entreprise, dévoile les résultats de l'édition 2022 de l'European Investor Intentions Survey. Cette enquête annuelle, réalisée auprès d'un panel de plus de 600 investisseurs européens, vise à connaître leurs intentions et à espérer pour l'année à venir.

«  2022 marque le retour à la normale pour le marché de l'investissement : les espions d'activités sont bonnes et les investisseurs font preuve d'optimisme  », précise Pierre-Edouard Boudot, Directeur Recherche et Stratégie de CBRE France. 

 

  1. Les espions en termes d'activité : le regain d'optimisme entraîne une chasse aux opportunités (pp 5 – 13  )
    • Rassurés par les perspectives de croissance pour la zone euro,  les investisseurs européens connaissent un fort regain  d'optimisme : 60 % d'acheter plus en 2022 qu'en 2021 et 43 % de vendre plus.
    • Face à la perspective d'un marché de l'investissement qui va renouer avec son niveau de performance pré-covid 19,  pour 20% des investisseurs, la hausse des valeurs vénales sera le principal obstacle au déploiement de leur stratégie d'investissement."  Une hausse qui sera d'après eux essentiellement alimentée par  la concurrence des investisseurs pour les actifs les plus recherchés : 63 % des investisseurs interrogés se déclarent ainsi prêts à surenchérir par rapport aux prix demandés sur le résidentiel, 50 % sur la logistique et 34 % sur les bureaux prime.
  2. Les préférences géographiques : priorité à la zone EMEA (pp 14 – 18  )
    • Malgré des augures favorables,  76 % des investisseurs ne pourraient pas investir en dehors de la zone EMEA  , soit un chiffre similaire à celui de 2021.
    • La France reste une destination solide et attractive  : l'Hexagone occupe la 3  ème  place au niveau national, tandis que Paris passe de la 4  ème  à la 2  ème  place des villes préférées des investisseurs étrangers.
  3. Stratégies et objectifs : retour des stratégies value add et core + (pp 19 – 25  )
    • Si l'appétit devait rester important pour le noyau, la cherté de ce segment devrait pousser les investisseurs à prendre davantage de risque pour trouver de meilleurs rendements :  37 % des investisseurs désireux ainsi acheter des actifs à valeur ajoutée en 2022  .
    • Les critères ESG  sont dorénavant intégrés dans les stratégies de gestion et d'acquisition : pour  80 % des sondés, ils sont perçus comme le meilleur moyen de maintenir voire d'améliorer la performance des actifs existants.
  4. Typologie d'actifs ciblés : bureau, logistique et résidentiel restent les plus recherchés (pp 27 – 33)
  • La mise en place généralisée du télétravail n'a pas remis en cause l'intérêt des investisseurs pour les bureaux : au contraire, elle demeure la classe d'actifs privilégiée pour 45 % des investisseurs français (39 % pour les investisseurs européens, soit + 3 points par rapport à 2021).
  • S'ils affichent toujours la volonté de diversifier leur portefeuille, celui-ci se concentre autour des actifs traditionnels :  bureau, logistique et résidentiel  se concentre à eux trois à 83 % des intentions  . Hôtels et commerces sont encore en retrait pour le moment.
  • A noter : 30% des investisseurs n'envisagent pas l'acquisition d'actifs dits « alternatifs ».


Téléchargez notre étude 

Plus de communiqués de presse