8 avril 2022

CBRE, leader mondial du conseil en immobilier d’entreprise réagit aux chiffres Immostat du 1er trimestre 2022.

 

Marché des bureaux en Ile-de-France : un 1er trimestre 2022 qui confirment les tendances de 2021

 

Si la prudence reste de mise au regard des facteurs de risque économiques et géopolitiques pesant sur le marché tertiaire francilien, les signes de rétablissement du marché utilisateurs de bureaux en 2021 se confirment sur ce début d’année avec 503 900 m² placés au 1er trimestre 2022 (+ 40 % par rapport au 1T 2021 et - 2 % comparé à la moyenne décennale). La reprise sur le segment du < 5 000 m² se consolide (+ 38 % par rapport au 1T 2021 et + 6 % comparé à la moyenne décennale) tandis que l’activité s’améliore, plus timidement, sur le créneau des grandes surfaces (+ 45 % par rapport au 1T 2021 et - 13 % comparé à la moyenne décennale).

 

« Dans la continuité de 2021, Paris Centre Ouest et La Défense restent les performeurs de ce début d’année. Néanmoins, la reprise de l’activité devient plus équilibrée sur le segment des petites et moyennes surfaces et se diffuse désormais dans Paris intra-muros mais aussi en 1ère Couronne Sud et sur certains territoires du Croissant Ouest » déclare Alexandre Fontaine, Executive Director Agence Bureaux Ile-de-France.

 

Du côté de l’offre immédiate, elle se maintient à haut niveau avec 4,1 millions de m² en Ile-de-France. Les évolutions sont hétérogènes géographiquement avec des dynamiques corrélées à l’évolution de la demande locative. « La vacance se réduit là où la demande s’est révélée la plus forte, à savoir Paris Centre Ouest et La Défense » ajoute Alexandre Fontaine.

 

Investissement France : un 1er trimestre marqué par une envie de faire

Au 1er trimestre 2022, 4,6 Mds€ ont été investis en immobilier d'entreprise (bureaux, I&L, retail) en France soit une baisse de 8 % par rapport au T1 2021. Néanmoins, ces chiffres ne reflètent pas complètement le dynamisme du marché et les intentions de vente et d'achat observées sur le terrain. "En ce début d'année, les investisseurs ont témoigné d'une envie de faire : le 1er trimestre a été marqué par une forte activité de pitch et par le retour des marketings structurés" indique Nicolas Verdillon, Managing Director Investment Properties.

 

Absence de grandes transactions sur le marché de bureaux

Les évolutions ont été très variables d'une classe d’actif à une autre : la logistique a maintenu une bonne dynamique (affichant une stabilité des volumes investis, grâce notamment à la vente du portefeuille Trio pour près de 400 M€), tandis que le commerce retrouve des couleurs avec une très forte hausse (+326 % par rapport au T1 2021). Ce segment a notamment été porté la vente de 50% de Carré Sénart et différentes opérations d’externalisation.

A contrario, manquant de grandes opérations (> 200 M€), le marché des bureaux a marqué le pas, tout particulièrement en Ile-de-France (- 44 %). Le marché des bureaux en région a mieux résisté (- 7 %). Un certain nombre d'opérations en cours devaient toutefois animer le 2ème trimestre.

 

Des premiers signes de préoccupation dans un contexte incertain

Le T1 2022 avait vu le retour de stratégies value-add mais surtout core+ et les taux de rendement se sont pour le moment maintenus. Toutefois, un possible infléchissement dans les deals pourrait s'observer au cours du 2nd semestre de l'année : les investisseurs feront probablement preuve de davantage de prudence et d'une plus grande sélectivité. "Compte tenu du contexte géopolitique et financier, les investisseurs sont préoccupés par un possible changement de donne et devraient se recentrer sur des stratégies risque-adverses avec un ralentissement des prises de risques.", souligne Nicolas Verdillon.

Plus de communiqués de presse